De la désinformation de M. Nabli sur la dette extérieure de la Tunisie

Publié le par Dette Tunisie

M. Nabli, ancien de la Banque Mondiale et Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie, nommé par M. Ghannouchi, disait le 21 Janvier 2011:

"Le remboursement de la dette extérieure se fera moyennant le recours aux ressources du budget de l'Etat. La Tunisie s'acquittera de ses dettes, estimées pour l'année 2011, à 1120 millions de dinars dans les délais. Environ 820 millions de dinars (450 millions d'euros) seront remboursés en avril et 300 millions de dinars (15 milliards de yen) le seront en septembre 2011."

Seulement, selon le Ministère des Finances, se basant sur la loi de finances 2011 (loi qui acte du Budget pour l'année 2011), il se trouve que le montant alloué au remboursement de la dette extérieure s'élève à 2257 millions de dinars. Soit le double de ce qu'a annoncé M. Nabli.

Le Gouvernement ne cesse de gouverner par la peur du chaos économique tout en rejetant la faute sur les mouvements sociaux, les sit-in ou tout autre "champignon" qui n'aurait d'autre destin que de moisir, pourtant la dernière publication de l'INS nous renseigne que: "Sur l'ensemble des trois premiers mois de 2011, les exportations de biens ont progressé de 10,3%, tandis que les importations ont enregistré sur la même période une progression de 1,7%, entraînant une amélioration du solde commercial qui s'est établi à -1547,3 MD contre -1969,3 MD à la même période de l'année précédente." Preuve que la gouvernance actuelle a pour but de créer artificiellement un (ou des) danger(s) imminent(s), crédible(s) et amplifiable(s), afin de diviser, imprégner la crainte et l'anxiété, pour mieux faire passer ses mesures inégalitaires, sans aucune remise en cause de l'économie tunisienne. 

Nous demandons au Gouvernement ainsi qu'à M. Nabli de nous informer immédiatemment sur un remboursement qui équivaut tout de même à 22 fois le Budget alloué au Ministère du Tourisme (évalué a 116 millions de dinars, toujours selon la loi de finances 2011) dont on nous cesse de répéter qu'il constitue la priorité de la Tunisie. Sauvons la saison touristique, oui, mais surtout mettons en place un audit de la dette extérieure !

 

Le comité de réflexion sur la dette extérieure

Publié dans Dette

Commenter cet article